Non classé

Une dette oui mais pas n’importe quelle dette et pas à n’importe quel prix !

Le Premier président de la Cour des comptes, Pierre Moscovici, a affirmé que « les finances publiques, ça ne peut pas être open bar »? De fait, l’explosion de la dette publique française pose la question de la gestion future de nos finances publiques.
Confrontés à un effondrement spectaculaire de la production, du commerce et de la consommation dès le mois de mars 2020, les gouvernements des grandes économies avancées ont rapidement mis sur pieds de vastes plans de relance, avec l’appui des banques centrales, afin de soutenir l’activité et limiter les effets dévastateurs d’une crise qui pourrait s’avérer être d’après le FMI la « pire récession depuis la Grande dépression ». Le choc économique brutal et global engendré par la crise du Grand Confinement a nécessité une intervention rapide et massive des gouvernements qui s’est traduite par une mobilisation sans précédent de leurs capacités budgétaires. La Fondation Concorde soutient bien évidemment cette mobilisation d’envergure des pouvoirs publics absolument nécessaire au sauvetage de l’économie. Face à une baisse marquée des recettes et à une forte augmentation des dépenses publiques, les Etats n’ont d’autre choix que de couvrir leurs besoins de financement en ayant recours à l’endettement. Cet accroissement dans d’importantes proportions des dettes publiques suscite néanmoins des inquiétudes légitimes sur la capacité future des Etats à faire face à leurs engagements financiers alors même que les perspectives macroéconomiques s’annoncent particulièrement dégradées. Selon le FMI, la dette des Etats devrait atteindre un niveau record à 11 000 milliards de dollars en 2020 soit 101,5 % du PIB mondial. En France, la dette publique devrait bondir dans les prochains mois pour atteindre plus de 120 % du PIB d’ici la fin de l’année 2020.

A la suite de la publication du rapport de la Cour de comptes qui dresse un état des lieux des finances publiques particulièrement préoccupant la Fondation Concorde a souhaité se pencher sur les conséquences que l’aggravation de l’endettement public fait peser sur notre économie ainsi que sur la capacité d’action des pouvoirs publics alors même que la situation de nos finances publiques était déjà fragilisée avant même la crise du coronavirus. Mais aussi, sur la façon positive d’appréhender cette situation nouvelle.

La-dette-publique-VO