La France devra très vite s’attaquer à une récession d’une ampleur inédite. Notre pays doit saisir la sortie de cette épreuve terrible que vient de traverser notre pays pour s’engager sur la voie d’un redressement, qui apparaîtra comme un objectif normal pour les Français. Nos compatriotes s’attendent à des mesures nouvelles.

Les mesures proposées par la Fondation Concorde visent à retrouver le plein emploi et à maintenir pour le moins le niveau de vie de tous nos citoyens ; ces objectifs sont les constituants d’une France forte dans un monde très concurrentiel.

Notre situation nécessitera la mise en place de mesures acceptables par tous. En priorité la remise à un niveau moyen pour nos salariés des heures de travail, ceci afin de nous mettre à l’abri d’une dépendance progressive vis-à-vis de nos concurrents qui surviendrait inévitablement si nous persistons à nous détacher des nations les plus actives.

Revenir aux 37 heures représente sur 4 jours, seulement 1/2 d’heure de plus par jour ! 1/4 heure le matin, 1/4 heure le soir !

C’est en produisant plus que nous pourrons créer plus d’emplois. Les syndicats se trompent en croyant multiplier les emplois par le simple fait de diminuer et partager la durée hebdomadaire du travail. Cela conduirait au contraire à un appauvrissement.

Notre constat est clair : le taux d’emploi français global d’environ 65% est très insuffisant et couteux pour les finances publiques. Prendre les mesures nécessaires pour atteindre 75%, un taux d’emploi courant chez nos voisins européens est un objectif national qui doit rassembler. Enfin, la réindustrialisation devrait contribuer à relancer l’activité dans les territoires. Nos dirigeants doivent enfin comprendre qu’il s’agit dans le domaine de la production d’être ambitieux.

Le « pacte productif » en cours de discussion devra ainsi témoigner de cette volonté de notre pays d’engager son redressement.

Il est de la responsabilité du Président et de son gouvernement d’expliquer les enjeux de la situation actuelle aux Français, à la manière dont les équipes de De Gaulle l’ont fait en 1958, préparant plus de 15 ans de forte croissance.

Nous sommes convaincus que 6 français sur 10 soutiendraient les mesures que nous décrivons dans les pages qui suivent.

refondation_dossier_final