Apéro Concorde #6 : Innovations et usages dans un monde connecté
After Work

Ce mardi 2 mai, dans le cadre du cycle des Apéros Concorde en partenariat avec les Vendredis de la Colline, nous recevions Isabelle Leung Directrice de la communication et des affaires publiques chez Huawei France et Merouane Debbah Directeur du laboratoire mathématiques France et Russie de Huawei. Devant une assemblée d’une quarantaine de jeunes, ils ont eu l’occasion d’intervenir sur l’évolution du secteur des télécommunications tant en termes numériques qu’économiques.

L’entreprise Huawei est une entreprise chinoise, très présente en Europe, l’objectif étant de faire de l’Europe « leur deuxième marché domestique » après la Chine. Cette entreprise est une entreprise 100% privée qui n’est pas cotée en bourse et qui dispose d’un système de participation permettant d’avoir comme actionnaires les salariés de l’entreprise, le plus gros actionnaire étant son propre fondateur à hauteur de 1,4%, le capital étant totalement dilué.

Mme Leung a ensuite poursuivi son propos en détaillant les trois piliers qui déterminent la politique d’innovation de Huawei en France. L’objectif premier est d’investir dans les start-ups françaises et le tissu d’entreprises présentes dans nos territoires, le deuxième objectif consiste à accompagner tous les acteurs, grands groupes comme PME, dans leur développement et leur politique d’investissement. Enfin, le troisième objectif consiste à investir dans la recherche et développement en France, en lien avec nos universités, nos écoles et nos laboratoires.

Politique d’investissement et d’innovation

En termes de politique d’investissement, l’objectif est d’accompagner les start-ups innovantes en leur permettant de s’ouvrir à de nouveaux marchés. Seules 2 licornes sont françaises, le domaine du numérique est donc en pleine expansion dans notre pays mais peine à trouver sa place au niveau international. Ainsi, stimuler les acteurs locaux, c’est également permettre de développer de véritables pôles d’excellence susceptibles de développer des innovations suffisamment importantes pour créer une véritable rupture technologique. Le secteur du numérique au niveau mondial est caractérisé par une concurrence sur l’innovation. La localisation des unités de R&D et l’écosystème du pays où elles évoluent est donc central. Dans ce cadre, l’entreprise chinoise travaille avec les partenaires publics que sont Business France et BPI France.

La politique de R&D est une nécessité et prend donc une place très importante pour cette entreprise. La moitié des employés est ainsi affectée à la recherche et développement, et 15% du budget y est consacré. Au-delà des effectifs de l’entreprise, l’objectif est d’allier tous les acteurs du territoire, laboratoires de recherche, universités, écoles d’ingénieurs, etc. afin de développer les compétences de chacun en poursuivant le même cap. Ce partenariat avec les acteurs publics et les entreprises locales permet également de développer des projets que l’ont pourrait qualifier de « citoyens », telles que les smart-cities par exemple.

 

Recherche et french tech

Les domaines de recherche de cette entreprise se divisent en deux parties distinctes : une recherche « appliquée » répond aux besoins actuels des clients et développe des projets d’une durée de 6 à 18 mois, tandis que l’autre composante de la recherche que l’on peut qualifier de « fondamentale » a pour but d’anticiper les évolutions de demain et les problèmes que celles-ci pourraient rencontrer. Par exemple, l’émergence du réseau 5G et sa capacité à transporter des données à raison de 10GB/secondes est une avancée considérable qui va induire de nombreux changements notamment en termes de capacité de stockage. Il faut également imaginer qu’avec les processeurs que nos Smartphones ont aujourd’hui, une telle quantité de données entrainerait immédiatement une surchauffe de l’appareil. De même, les évolutions en termes d’intelligence artificielle vont entrainer des ruptures majeures, comme l’a souligné M. Debbah « le téléphone n’est plus un assistant mais un véritable compagnon ».

M. Debbah a également insisté sur l’importance de la notion d’écosystème dans le domaine de l’innovation. La France est ainsi une terre très fertile pour l’innovation car elle est composée d’un tissu de start-ups innovantes et de PME mais également de grands groupes, capables de supporter de gros investissement et disposant de grandes capacités de financement.

La France est surtout un des meilleurs pays au monde dans le domaine des mathématiques. En effet, notre pays dispose du plus grand nombre de mathématiciens et de médailles Fields, rapporté à notre population. Les mathématiques sont aujourd’hui devenues essentielles dans le domaine du numérique. Par exemple, leur utilisation permet de compresser les données pour faciliter leur transport, elle permet également la virtualisation des données, avec le système de cloud.

Enfin, pour conclure, Mme Leung et M. Debbah nous ont rappelé l’incroyable opportunité que le secteur du numérique offre à la France, et les capacités de celle-ci à innover. S’il n’y avait qu’une phrase à retenir de cet afterwork, celle-ci serait « il ne faut pas avoir peur des données, celles-ci sont une chance ».