Le programme de François Fillon : des économies à préciser
Publications

La Fondation Concorde a réalisé un travail de chiffrage des 11 candidats à la Présidentielle. En partant de nos constats sur l'économie française, nous avons chiffré les propositions des candidats et leur impact budgétaire à l'horizon 2022, soit la fin du quinquennat. 

Le programme de François Fillon est le seul programme qui selon nos calculs et à situation économique inchangée, arrive à dégager un léger excédent en 2022. Néanmoins, les économies annoncées sont loin d'être celles réalisées et de nombreux points restent à éclaircir.

La réforme de l'Etat. Proposition phare de François Fillon, le non renouvellement de 500.000 départs en retraite dans la fonction publique est une mesure qui va dans le sens de la réduction budgétaire. Néanmoins, la volonté de porter leur temps de travail à 39 heures, risque de transformer une économie en dépense budgétaire. Nous avons évalué que selon la rémunération choisie, la mesure permettrait soit d'économiser 25 milliards € (dans le cas où est la rémunération est à 35 heures), soit coûterait 4 milliards € (dans le cas où la rémunération est à 39 heures). 

 

La réduction moindre de la dépense publique. C'est une nécessité absolue pour redonner de la compétitivité à notre économie. Néanmoins, en conservant l'hypothèse que les fonctionnaires seront payés 39 heures, la réduction de la dépense publique ne sera que 56,5 milliards € sur le quinquennat, contre 100 milliards annoncés. 

Le bon constat de la relance par l'offre. François Fillon prône une baisse massive des charges et de l'imposition sur les entreprises pour libérer le marché du travail et inciter à l'embauche. Nous avons évaluée cette baisse à 37 milliards €. Une baisse supérieure à celle concernant les ménages, qui s'élève à 23 milliards €. Le ratio baisse de la fiscalité pesant sur les entreprises contre baisse de la fiscalité des ménages, est supérieur à celui des autres candidats. A cela s'ajoute la réduction des normes pour les entreprises, qui va permettre de libérer l'activité économique de notre pays. 

 

Au total, les économies étant moindres que celles annoncées, la réduction du déficit public à l'horizon 2022 ne sera que de 3 milliards €. Un résultat insuffisant pour stoper la spirale de l'endettement, mais qui est reste le plus élévé par rapport aux autres candidats.