Les territoires, les entreprises et l’emploi : Mise en place des groupes d’entrepreneurs et création des réseaux intelligents
Compétitivité et emploi

Mise en place des groupes d'entrepreneurs et création des réseaux intelligents

La Fondation Concorde propose de nouvelles méthodes pour stimuler l'activité économique.
La création de richesse et d'emplois passe par une réorganisation de nos tissus économiques.

Les « réseaux intelligents » pour optimiser les savoir-faire et compétences dans les territoires et relever le défi de la pénurie d'emplois

La crise qui frappe l'économie mondiale se répercute dans nos territoires, entraînant l'apparition de poches de pauvreté et des drames sociaux et humains auxquels une société développée doit en priorité s'attaquer. Les tissus économiques qui permettent de réunir les hommes, les compétences et les projets peuvent développer des stratégies et des programmes pour stimuler l'économie locale et créer ce que les économistes du début du 20ème siècle appelaient « une atmosphère entrepreneuriale ». Les réformes en cours, des collectivités locales et des chambres consulaires devraient donner à l'exécutif régional à qui revient la responsabilité de l'action économique et aux économies locales, une occasion unique d'appliquer des méthodes nouvelles. Elles sont développées dans ce livret.

Un enjeu pour le pays : préserver et renforcer l'industrie

La capacité industrielle distingue les pays développés des autres ; en France, l'industrie représente 80% de nos exportations, 85% des dépenses de R&D, 83% de gains de productivité.

Constater, sans réagir énergiquement, la fermeture de nos usines, l'effondrement des tissus économiques, les délocalisations, n'est plus acceptable. Parce que l'industrie est le coeur de la richesse de notre pays, qu'elle irrigue et maintient les activités dans nos territoires, qu'elle garantit notre indépendance et nos échanges, nous demandons un effort national pour sauvegarder les entreprises les plus menacées mais aussi celles à fort potentiel qu'il faut encourager : les P.M.I. Certes, les grandes industries sont les locomotives de notre économie dans la mondialisation, mais les PMI forment la colonne vertébrale de nos économies locales, ce sont elles qui peuvent aujourd'hui encore céder des emplois.

Nous proposons de mettre en place pendant 10 ans des mesures financières exceptionnelles

– Réduction de 50% des charges sur salaires

– Réduction de 70% de la taxe professionnelle, ou de son équivalent (les 30% exprimant le lien avec les collectivités)

– Ramener le taux d'IS à 15% pour les entreprises industrielles exportatrices

– Réduire l'impôt sur les dividendes pour les entreprises patrimoniales de moins de 500 salariés.

Cet effort pour 50 000 manufactures doit être reporté sur les 2,5 millions autres entreprises à moins qu'une politique d'économies des organismes sociaux permette de l'assumer directement. La définition des entreprises éligibles à ce régime financier spécial nécessitera des catégories bien définies.

Ce volet financier doit être complété par un volet entrepreneurial pour une meilleure mobilisation et utilisation de nos ressources et compétences : la création de « territoires performants », qui n'engage aucune nouvelle dépense et relève de notre seule capacité de mobilisation.

Créer une atmosphère entrepreneuriale dans nos territoires

Confortée par la mise en place des réseaux intelligents, elle permet à l'entrepreneur d'être reconnu, soutenu et accompagné en lui apportant les informations, conseils et expertises dont il ne peut disposer dans une petite structure.

Une architecture de l'action economique au service des entreprises

Création de la Conférence régionale économique des territoires (CRET)
Sans créer de structure nouvelle la conférence réunira les principaux acteurs locaux aux côtés de représentants exécutifs. Elle s'assurera de la mise en oeuvre de stratégies et de programmes, en veillant à la stimulation entre les territoires et à la mesure de résultat.

Créer le principe des « territoires performants »
Le principe consiste à considérer le territoire comme une grande entreprise qui met en oeuvre un programme stratégique répondant aux besoins des entreprises locales. Pour cela :

– Créer un institut de gestion du tissu économique : une cellule de coordination des stratégies adossée à la CCI qui devra mobiliser les compétences ponctuelles nécessaires à l'accompagnement des patrons de petites industries.

– Mettre en oeuvre, au sein de cet institut, des stratégies communes et d'objectifs chiffrés et mesurables (type la réduction du taux de chômage du territoire) sur 5, 10, 15 ans.

– Pour mettre en oeuvre les actions engagées par l'institut de gestion du tissu économique, un centre de compétences totales réunira des consultants et des experts de grandes entreprises locales.

Ces territoires performants pourraient être créés dans 2 départements sur 3, dans lesquels pourront s'appliquer un ensemble de politiques spécifiques avec des effets de leviers substantiels sur le développement.

Attirer les jeunes diplômés et l'expertise dans nos territoires
L'enseignement supérieur doit participer à la réussite des « territoires performants » en mettant en place des partenariats avec des économies locales. Ces coopérations permettraient à de jeunes diplômés d'acquérir une expérience dans nos territoires et d'apporter leur soutien en intervenant auprès des entrepreneurs.