La préférence de l’UNEF pour le chômage
Tribunes

« La jeunesse innovante entreprend, crée, va de l’avant et n’attend pas que l’Etat lui donne un cadre pour travailler ou pour prendre en main son destin, écrivent les jeunes représentants de la Fondation Concorde. Ces entrepreneurs ne sont ni pour, ni contre la loi El Khomri, ils sont plus ambitieux qu’elle »

Un quart des entrepreneurs français a moins de 30 ans. Cette jeunesse innovante, qui a très peu de points communs avec celle qui manifeste contre la loi sur le travail, s’est acculturée des changements disruptifs impulsés par le numérique, la robotisation et l’ «uberisation » dans tous les corps de métiers.


Elle entreprend, crée, va de l’avant et n’attend pas que l’Etat lui donne un cadre pour travailler ou pour prendre en main son destin. Ces entrepreneurs ne sont ni pour, ni contre la loi El Khomri, ils sont plus ambitieux qu’elle. Ils pensent innovation, révolution, uberisation et non conservatisme, immobilisme et corporatisme.


Pourtant, les mots «jeunesse», «précarité» et «chômage» n’auront jamais été autant juxtaposés que ces derniers jours. En monopolisant le débat, l’Unef – ce syndicat étudiant qui a gravé dans son ADN une forte appétence pour la contestation tout en ayant une aversion pour la proposition – sous couvert de vouloir défendre la jeunesse, joue en fait contre elle, en la condamnant à l’asphyxie. Le comble est qu’il ne se préoccupe et ne se mobilise que pour les insiders, ceux qui sont déjà en poste, souhaitant à tout prix conserver des privilèges qui fonctionnaient dans les années 1980, mais qui sont aujourd’hui désuets.


Nouvelles réalités. Or, qu’en est-il des jeunes dont la voix n’est aujourd’hui pas portée ? Ces 25,9% de jeunes au chômage qui sont pris en otage par la dichotomie du marché du travail qui offre tout aux insiders, et laisse aux portes de l’emploi les outsiders, soit la plupart des jeunes qui rencontrent des difficultés croissantes à franchir les barrières d’entrées, toujours plus hautes, au marché de l’emploi.


La première mouture de la loi El Khomri allait dans le bon sens, en commençant à prendre en compte les (r)évolutions du salariat et les nouvelles formes d’embauche liées à l’«uberisation» de l’économie. La mise en place du forfait jour s’adapte aux mutations salariales et aux exigences des entreprises, et le compte personnel d’activité épouse les nouvelles réalités du marché du travail – celles d’une carrière professionnelle où l’on ne se cantonnera plus uniquement à un seul emploi ou un unique employeur.

La politique du "tous à l'université" ne transforme pas mécaniquement les diplômes en emplois


Néanmoins, pour répondre à la hausse du chômage, il faut également aborder la problématique de la formation. En 1980, le taux de chômage des jeunes était de 15%. C’était l’époque où l’on ne sacralisait pas l’enseignement supérieur. Depuis, le nombre d’étudiants dans le supérieur a bondi de 108%, et le chômage de 10,9 points : ce qui montre que la politique du « tous à l’université » ne transforme pas mécaniquement les diplômes en emplois.
Le corollaire a été une diminution de 17,9% des élèves dans l’enseignement professionnel. Une régression aberrante lorsque l’on sait que les 300 000 emplois non pourvus en France concernent principalement les branches de l’hôtellerie, de la restauration, de l’artisanat et des services à la personne ; des branches irriguées en grande majorité par les diplômés du professionnel.


Il convient de revaloriser l’enseignement professionnel, mais également de sécuriser l’alternance et l’apprentissage. En 2015, 28,1% des contrats d’apprentissages ont été rompus de manière prématurée. Un taux anormalement élevé s’expliquant par le manque de cadre et de suivi pour les apprentis ; reflet du dédain culturel français envers les métiers et formations manuels.
Conservateurs aveugles. Aujourd’hui, nous devons profiter de cette réforme du marché du travail pour aller plus loin. Il faut créer un cadre favorable à l’entreprenariat en France ; réduire les charges sur les sociétés et sur la main d’œuvre qualifiée ; recréer une adéquation entre offre de formation et besoin en emploi. Il faut également flexibiliser le marché du travail pour encourager les employeurs à recruter des jeunes sans expérience, nécessaires à la vitalité de l’entreprise.


Observons la situation de nos amis allemands : seulement 7% de chômage chez les jeunes. Un chiffre en constante baisse depuis les réformes Hartz qui privilégiaient une flexibilité horaire du travail. Ajoutons à cela une formation professionnelle possible dès l’âge de 11 ans via la « Hauptschule».Un exemple dont nous ferions bien de nous inspirer.


Nous devons donc bousculer les conservatismes et changer de paradigme. Accepter qu’un jeune diplômé (bac +3 jusqu’à bac + 5) n’ait pas inéluctablement accès à un emploi stable et durable dès première embauche. Accepter que l’enseignement supérieur ne soit pas la panacée, que la formation professionnelle doit être revalorisée car notre pays a besoin d’artisans, d’ouvriers, et de main d’œuvre qualifiée. Accepter que l’Etat ne soit plus aussi généreux qu’autrefois, mais bien qu’il soit plus efficace dans le contrôle de sa dépense.


Enfin, il faut accepter que la société française est en train de changer et que nous devons nous adapter plutôt que de la refreiner vainement. Oui, la jeunesse a un avenir ! Oui elle est prête à accepter ces changements, et non, ce ne sont pas les conservateurs aveugles de l’Unef qui ont le monopole de la voix de la jeunesse.


Erwann Tison, Pauline Persyn et Thibault Lerouge sont membres de la commission jeunesse de la Fondation Concorde